Imprimante 3D et Mode


Fashion, mode et impression 3D

En février 2013, l’actrice américaine Dita Von Teese a fait sensation lors de la fashion week en apparaissant dans une robe entièrement réalisée avec une imprimante 3D. Cette robe a été confectionnée par l’artiste Michael Schmidt, qui a notamment créé des robes pour Madonna et Rihanna. Composée de dix sept parties et recouverte de douze mille cristaux noirs, cette robe est une véritable œuvre d’art.

L’impression 3D se décline donc également dans le domaine de la mode : vêtements, accessoires, bijoux… de quoi donner le tournis à toutes les fashion victims de la planète. Certains y voient déjà un bouleversement sans précédent dans l’industrie du textile. Mary Huand, fondatrice et dirigeante de Continuum, une société basée à New York qui propose des bikinis et sous-vêtements 3D-imprimés, a déclaré lors d’une interview : « J’ai cette vision magique d’une imprimante 3D de la taille d’un placard, qui pourra télécharger des patrons de robes et les produire sur place ».

Faisons maintenant un tour d’horizon des applications de l’impression 3D dans le monde de la mode.

Les premières réalisations

Pour les designers indépendants ou les entreprises multinationales, les initiatives en matière de design de vêtements et chaussures 3D sont nombreuses. En voici quelques exemples :

Bijoux

Hot Pop Factory réalise des bijoux 3D imprimés : boucles d’oreilles, colliers, pendentifs. Vous pouvez acheter directement sur le site internet de la société ces bijoux aux formes géométriques coupées au couteau et réalisés à l’aide d’imprimantes 3D.

Imprimante 3D et Mode Source: Hot Pop Factory

Imprimante 3D et Mode Source: Hot Pop Factory

Imprimante 3D et Mode Source: Hot Pop Factory

Lunettes de soleil

Le designer Ron Arad a lancé en avril 2013 une gamme de lunettes de soleil 3D imprimées, faites d’une seule pièce. Ron explique que cette méthode de fabrication permet de s’affranchir des manipulations fastidieuses nécessaires pour assembler les différentes pièces constituantes d’une paire de lunettes classiques. Ces lunettes innovantes ont été lancées lors de la Milan Design Week, chez un luxueux opticien de la ville. Bikini et sous-vêtements

Les Bikinis et articles de la marque Continuum sont entièrement 3D imprimés. La société se revendique comme une marque de mode et comme un laboratoire de design expérimental.

Imprimante 3D et Mode Source: Continuum, Mary Huang / photography: Ariel Efron

Imprimante 3D et Mode Source: Continuum, Mary Huang / photography: Ariel Efron

Chaussures de sport

Mais l’impression 3D n’est pas réservée aux marchés de niche ou à des designers avant-gardistes. Nike, l’équipementier sportif a dévoilé en mars 2013 une chaussure de football dont la semelle et les crampons sont réalisés avec des imprimantes 3D. Ces chaussures, les Vapor Laser Talon, promettent d’aider les sportifs à réaliser de meilleures performances grâce à des crampons plus légers que les chaussures traditionnelles. La firme New Balance va encore plus loin dans l’expérimentation de nouveaux produits grâce à l’impression 3D. En étudiant de près la foulée d’un coureur, grâce à l’utilisation de puissants capteurs biomécaniques et de logiciels de CAO, les ingénieurs de la marque sont capables de générer une semelle 100% personnalisée à sa foulée. Ces produits sont pour l’instant réservés aux athlètes de haut niveau. L’entreprise pense pouvoir généraliser la personnalisation de ces chaussures au grand public dans des magasins pilotes à horizon 2018.

Les avantages de la mode 3D-imprimée

Beauté et nouveautés

Premièrement, les vêtements ou accessoires réalisés avec des imprimantes 3D présentent tous un caractère novateur, propre au monde de la mode. La nouveauté, l’audace se reflètent dans toutes les créations mentionnées précédemment. . La mode 3D n’en est encore qu’à ses débuts : les designers explorent encore les possibilités offertes par cette nouvelle méthode de fabrication et il ne serait pas étonnant de voir surgir, à l’avenir, des gammes de vêtements qui viendront défier les conventions vestimentaires et participer au renouvellement permanent de l’industrie de la mode.

Libérer la créativité de la communauté mondiale de designers

De la même manière que l’innovation de la photographie numérique a offert un accès simple et peu coûteux à la production de clichés, permettant ainsi à des photographes en herbe de libérer leur créativité, il est tout à parier que l’impression 3D devienne un tremplin pour les jeunes designers qui cherchent à se faire un nom. En leur donnant la possibilité de produire des petites séries de vêtements ou bijoux, de passer du dessin à l’objet rapidement et à moindre coût, et de pouvoir ainsi confronter les créations à la demande, les barrières à l’entrée seront bien moins importantes qu’aujourd’hui, où la production de produits textiles demeure une activité capitalistique.

Les limites de la 3D-fashion

Prix et taille

La première limite des vêtements et accessoires 3D-imprimés demeure aujourd’hui leurs prix élevés. Une autre limite est la taille des impressions que l’on peut actuellement réaliser. Les tailles des objets produits par les imprimantes 3D du marché ne sont généralement pas suffisantes pour imprimer des pièces destinées à une personne adulte. Les imprimantes 3D capables de sortir une robe en une seule pièce sont rares et chères. L’expansion du secteur de la 3D-fashion passera probablement par le développement d’une gamme d’imprimante 3D dédiées à cette thématique.

Les compétences technique requises

La technicité de l’impression 3D et les compétences qu’elle mobilise – maîtrise des logiciels de CAO, informatique, électronique… - sont très différentes du monde de la mode traditionnelle. Les designers innovants qui veulent se lancer dans des créations originales sont aujourd’hui souvent obligés de s’adosser à un profil technique pour mener à bien leur projet. Iris Van Herpen, une conceptrice hollandaise, s’appuie toujours sur un « architecte » qui l’accompagne dans la réalisation des modèles CAO et assure la qualité des impressions. Le processus créatif est ainsi bouleversé, car si les designers ont souvent l’habitude de travailler seuls, ils doivent, dans un cas comme celui-ci, composer avec un expert qui souligne les contraintes techniques et la faisabilité d’une création.

Le positionnement des produits 3D-fashion

Enfin, il reste encore à trouver un positionnement pour les produits de mode 3D-imprimés. Nous avons vu qu’ils étaient chers pour le consommateur, ce qui les positionnent naturellement dans la catégorie des biens de luxe ou haut de gamme. Ils se retrouvent ainsi en concurrence avec les produits faits à la main. Ces derniers seront toujours perçus comme beaucoup plus qualitatifs que des produits dits « industriels » comme les produits 3D-imprimés. Le segment de la 3D-fashion doit réfléchir à son positionnement au sein du marché de la mode pour faire sens aux yeux des consommateurs.