Acheter une imprimante 3D: comment choisir ?


Vous avez décidé d’acheter une imprimante 3d de bureau pour votre utilisation personnelle ? Comme lors des débuts du PC, nous sommes face à une explosion de l’offre de modèles d’imprimantes 3D. Début 2013, on compte plus de 120 modèles différents d’imprimantes 3D à acheter. De nombreuses nouvelles imprimantes vont encore apparaître à la vente, le temps que le marché choisisse les meilleures.

Quelle imprimante 3D devez vous acheter? Comme bien souvent, cela dépend de vos besoins et de votre budget.

Dans cet article nous allons vous décrire les points importants auxquels il faut prêter attention avant d’arrêter votre décision d’achat sur un modèle précis d’imprimante 3D.

Achat d’une imprimante 3D : les questions à se poser

Pour commencer, posez-vous attentivement les 4 questions suivantes:

  • Vais-je prendre plus de plaisir en assemblant mon imprimante ou en imprimant des objets?
  • Quel est mon budget imprimante 3D?
  • Quelle qualité d’impression et quelle fiabilité de l’imprimante 3D souhaitées?
  • A quelle vitesse mon imprimante 3D imprimera-t-elle?

Bricolo ou Designer ?

Il y a plein de merveilleuses raisons d’acheter une imprimante 3D. A l’heure actuelle, ceux qui le font se regroupent en deux catégories:

Les bricoleurs

Le premier groupe de personnes est attiré par l’impression 3D pour l’aspect matériel et bricoleur; ils aiment bricoler avec du matériel mécanique et des logiciels et sont ainsi enthousiasmés par la perspective de construire leur propre imprimante de toute pièce ou d’en assembler une en kit. Le critère de choix est donc le plaisir de bricoler que constitue l’imprimante. La plupart des imprimantes 3D en kit sont “open-source”: on peut modifier son imprimante comme on le souhaite, pour lui donner des nouvelles fonctionnalités par exemple et bien souvent restituer ces avancées à la communauté d’imprimeur-3D bricoleurs! Ainsi, les imprimantes les moins chères sont celles dont vous achetez les matériaux séparément vous-même que vous assemblez suivant les instructions de la communauté.

Si vous vous reconnaissez dans ce groupe d’imprimeur 3D, il faut porter votre regard vers les imprimantes en kit, bon marché, avec une grande communauté de contributeurs pour vous aider lors de l’assemblage et pour rentrer dans l’expérience de contribution sur le sujet. Jetez un oeil à ces communautés sur Google Plus; regardez ce qu’il s’y dit et s’échange!

Les imprimantes 3D Reprap sont l’exemple type d’imprimante 3D à monter soit même. Le MendelMax 1.4 est aussi un bon candidat.

Les designers

Le deuxième groupe est constitué des gens qui sont attiré par la capacité des imprimantes 3D à construire des objets tout droit sorti de leur imagination (ou de celle des autres). Imaginez: vous pouvez imprimer ce que vous voulez! Le plaisir se trouve dans l’exploration de tout ce que vous pouvez possiblement imprimer avec votre matériel: de l’art ou des bibelots, des figurines, des prototypes d’objet en tout genre… Explorez par exemple le site www.thingiverse.com qui regorge d’objets imprimables sortis de l’imagination collective et individuelle d’une grande communauté de designer!

Le Makerbot Replicator 2 et l’Ultimaker sont deux imprimantes pré-assemblée qui ont fait leurs preuves.

Imprimante 3D makerbot source: Creative Tools via Flickr

Quel est votre budget imprimante 3D ?

Les imprimantes en kit sont généralement moins chères que les imprimantes assemblées. Les imprimantes pas chers sont, bien entendu, celle que vous créez vous même de toute pièces (pour vous lancer dans cette aventure consultez le manuel ici : http://reprap.org/wiki/Main_Page). Vous trouverez des imprimantes assemblées de bonne qualité à partir de 500$ (environ 380 euros).

En 2013, vous trouverez des bonnes imprimantes 3D assemblées autour de 1500$ ou moins. Si votre budget dépasse les 2000$, vous aurez du matériel de très bonne qualité. Ces derniers modèles auront une armature en métal, une plate-forme d’impression bien plate, une rapidité d’impression accrue, logiciel d’utilisation facile à manipuler…

L’imprimante 3D Solidoodle ou le Printrbot Jr sont deux exemples d’un excellent rapport qualité/prix, avec des qualité d’impression satisfaisantes pour un prix relativement bas (< 500$).

Fiabilité des impressions

La fiabilité ou régularité des impressions est un facteur déterminant dans le choix de votre machine. Les premiers modèles d’imprimantes 3D rataient facilement une impression, ce qui était très frustrant. La proportion d’impressions ratées avec des imprimantes de 2013 est nettement inférieure, grâce au progrès réalisé dans la fabrication des imprimantes.

Pour qu’une imprimante soit fiable, il faut que sa plate-forme d’impression soit la plus plate possible. C’est le critère le plus déterminant dans la fiabilité d’une imprimante. Les imprimantes 3D déposent des couches de matière de 0,1 mm de hauteur; ainsi, une écart de niveau de 0,1 mm sur la plate-forme bouleversera significativement la fiabilité des impressions… Pour vérifier si une imprimante est sujette à des problèmes de niveau de sa plate-forme, consultez les forums et assurez vous que personne ne se plaint de ce type de problèmes.

Les imprimantes 3D avec une solide armature en métal vibreront moins lors d’une impression, ce qui augmentera la fiabilité de ses impressions.

L’Ultimaker (achetée assemblée à un prix de 2000$ ou en kit à 1500$) et la Type-A Machines Series 1 (achetée assemblée à un prix de 1500$) sont connues pour leur bonne fiabilité d’impression.

La vitesse d’impression

Il y a deux critères de vitesse pour une imprimante 3D. Il y a la vitesse à laquelle la tête d’impression se déplace quand elle dépose de la matière et la vitesse à laquelle la tête d’impression se déplace quand elle ne dépose pas de matière. Beaucoup d’imprimantes 3D sont aujourd’hui dotées d’une firmware d’accélération/décélération pour la tête d’impression afin d’augmenter les vitesses d’impressions. Les mouvements de la tête sont souvent des changements abrupts de direction, et sans accélération, cela secouerait l’imprimante à des vitesses hautes. La vitesse indiquée par le fabricant pour son Makerbot Replicator est de 40 mm/s, mais vous pouvez a priori l’augmenter jusqu’à 80 mm/s sans trop altérer la qualité des impressions.

Par exemple, les imprimantes 3D qui ont des bonnes vitesses d’impression sont l’Ultimaker et le TrinityOne Aluminatus Pro (prix : 3000$); ces deux modèles affichent une vitesse d’impression de 400 mm/s.

Regardez cette vidéo et admirez la rapidité de l’Ultimaker :

Les imprimantes Delta sont conçues avec un système “pick and place” qui assure une vitesse d’impression excellente. Le Rostock Max (prix en kit : 999$) monte à 300 mm/s.

Considérations secondaires dans le choix d’une imprimante 3D

Open-source et ouverture

Beaucoup de gens dans la communauté de l’impression 3D considère qu’il y a énormément de valeur dans l’universalité des idées et connaissances de l’industrie. Si c’est aussi votre cas, choisissez de préférence une imprimante 3D qui s’inscrit dans une logique open-source. Le Lulzbot AO-10x series est conçu sur le MendelMax, qui est lui même conçu sur la base des imprimantes Rep rap. Ces imprimantes ont un service client performant et une communauté d’utilisateurs importante et impliquée.

La communauté de l’imprimante 3D

La communauté de l’imprimante 3D est aussi importante, surtout si vous envisagez d’acheter une imprimante 3D en kit. Regardez sur Internet s’il existe une communauté active d’utilisateurs de l’imprimante 3D que vous envisagez d’acheter. Assurez vous également que le fabricant a mis en place un service client efficace pour ses modèles d’imprimantes 3D.

La hauteur des couches et la résolution d’impression

Les imprimantes 3D actuelles peuvent facilement atteindre des résolutions de 100 à 150 microns (hauteur/épaisseur des couches déposés par la tête d’impression). A cette résolution, on peut néanmoins toujours voir le grain de l’impression; lorsqu’on passe son doigt sur un objet imprimé, cela ressemble à la texture d’un bloc de papier.

Certains passionnés on réussi à imprimer à une résolution de 20 microns grâce à des imprimantes modifiées par leur soins. Sachez également qu’avec les imprimantes 3D utilisant la technologie Fused Deposition Modeling (FDM), plus la résolution de l’imprimante sera élevée plus il faudra de temps pour réaliser une impression. Il y a une ou deux imprimantes 3D de bureau utilisant la technologie Streolithography (SL) sur le marché actuellement: la Form One and la B9Creator. Leur résolution d’impression sont bien supérieures aux machines FDM mais sachez que vous aurez une manipulation à réaliser pour solidifier les impressions une fois terminées.

Volume d’impression

Le volume d’impression ou build volume en anglais est une caractéristique souvent mise en avant dans les brochures marketing des imprimantes 3D. Un des avantages d’avoir un grand volume est que vous pouvez imprimer plusieurs parties dans la même impression. Un autre est aussi que pour un modèle volumineux, vous n’avez pas besoin de le découper en sous parties imprimées séparément.

Le type de matériaux d’impression 3D

Pour les modèles dits “de bureau”, il existe quelques plastiques aujourd’hui comme matière première de l’imprimante (l’équivalent des cartouches d’encre sur une imprimante traditionnelle): l’ABS et le PLA. La plupart des imprimantes utilisent des bobines de filament interchangeables. Seule la Cubify nécessite une cartouche propriétaire, bien que le plastique utilisé soit de l’ABS standard. Dans les autres cas, vous pouvez acheter des cartouches de filament de différentes marques pour alimenter votre imprimante 3D. Il faut compter entre 30$ et 50$ pour acheter une recharge d’ABS ou de PLA; une bobine de filament devrait vous tenir deux mois, même si vous imprimez régulièrement.

Imprimante 3D filament source: Creative Tools via Flickr

Le coût réel de l’impression 3D, ce n’est pas les matériaux, mais véritablement le temps que çela prend d’imprimer les choses ! Essayez, à budget égal, d’acheter l’imprimante la plus rapide!

La méthode d’impression

Presque toutes les imprimantes 3D non-professionnelles utilisent la technologie FDM (voir notre article sur le fonctionnement d’une imprimante 3D). La raison à cela se trouve dans l’expiration récette (en 2009) du brevet sur la technologie FDM. A moins que vousn’ayez un besoin spécifique qui requiert une technologie différente (SL par exemple), vous vous tournerez majoritairement vers des imprimantes FDM.