Les autorités américaines sont-elles incapables d’endiguer la prolifération des pistolets fait avec des imprimantes 3D ?

Depuis que le premier pistolet fabriqué par une imprimante 3D commence à se propager, les autorités ont des difficultés à faire face à cette avancée technologique qui ressemblait encore plus il y a quelques mois à de la science fiction plutôt qu’à la réalité. Selon un rapport du ministère de la sécurité intérieure américain qui aurait filtré, tous les efforts entrepris à ce jour pour arrêter les impressions d’armes à feu seraient inefficaces.

Ce rapport du 21 mai, obtenu par Fox Nexs, explique clairement qu’il est possible que rien ne puisse être fait pour empêcher les gens de télécharger et imprimer des pistolets en plastique.

« Limiter l’accès semble impossible », peut-on lire dans le mémo.

Le mémo semble confirmer ce que répète depuis plusieurs semaines Cody Wilson, le fondateur de Defense Distributed : on ne peut pas contrôler l’information sur l’Internet. En effet, bien que le gouvernement a pu obliger Cody Wilson à sortir de son site les plans de son pistolet imprimable, les fichiers avaient déjà été téléchargés plus d’une centaine de milliers de fois et sont maintenant très simplement trouvables via Google.

« Les progrès significatifs dans le domaine des imprimantes 3D, la disponibilité de fichiers gratuits pour imprimer les composants de pistolet et la difficulté à réguler la diffusion de tels fichiers présentent un risque réel en terme de sécurité. »

Les législateurs aux niveaux fédéral et étatique ont immédiatement réagis. Steve Israël (D-N.Y.) propose de renouveler l’Undetectable Firearms Act, ce qui rendrait illégaux les pistolets 3D en plastique, très dur à détecter.

« La législation proposée qui vise à interdire l’impression 3D d’armes à feu pourra dissuader mais pas complètement endiguer leur production », dit le mémo. « Même si la pratique est interdite dans la nouvelle législation, la distribution en ligne de fichier sera aussi difficile à contrôler que celle des fichiers musicaux ou filmiques ».

Le rapport explique également que ces pistolets sont quasiment indétectables avec un magnétomètre. Fox News cite un haut fonctionnaire anonyme mentionnant que le seul moyen de détecter ces armes à feu serait d’élargir massivement les fouilles corporelles.

Ce sur quoi Coddy Wilson a posté sur Defense Distributed qu’un « état policier capable de stopper The Liberator [le nom de son pistolet 3D] serait une menace plus importante que le terrorisme. ». <div class="divider stripe-3"></div>